L’arbre à palabres, écriture à déclencheur
par la classe de Première S2, 2015-2016
Lycée Duhamel du Monceau – Pithiviers (45)

Le déclencheur était : « Je l’ai appris… ». Il s’agissait explicitement de raconter dans quelles circonstances les élèves avaient appris les événements du 13 novembre 2015. L’exercice a eu lieu après une réflexion sur ce que pouvait être un événement fondateur d’une conscience civique.

Je l’ai appris alors que je jouais sereinement la nuit même, l’ambiance s’est soudainement tendue.

Léo O.

Je l’ai appris par la télé avant d’aller au tennis.

Alexis M.

Je l’ai appris le lendemain du fâcheux événement en me réveillant, en allumant la télé et avec les appels de ma famille qui habite à la Réunion, inquiets de ce qu’ils ont vue à la télé la veille, et à cause de ce jour, je n’ai pas pu aller au hip-hop car le cours a été annulé.

Warren L.

Je l’ai appris grâce au son et à l’image émis par la télévision qui montraient des hommes en train de courir bêtement après un ballon.

Ryan T.

Je l’ai appris en regardant le match de foot, j’ai vu Martial mettre la misère à la défense et d’un coup il y a eu un gros bruit et à la fin du match le commentateur a annoncé que c’était un attentat.

Mathis C.

Je l’ai appris le samedi 14 novembre en voyant tous les statuts Facebook parlant de l’attentat et en voyant tous mes contacts dire qu’ils sont en sécurité.

Bastien L.

Je l’ai appris en regardant Facebook le samedi matin.

Ambre R.

Je l’ai appris en regardant la télé le lendemain après-midi.

Anthony P.

Je l’ai appris dans mon lit en pleine partie de Healthstone par une notification d’une application nommée Facebook. Je n’avais pas tout de suite réalisé la situation surtout que les détails étaient imprécis. Je me suis endormi sans vraiment penser qu’il s’agissait de quelque chose de grave.

Léandre O.

Je l’ai appris lors d’une soirée par un ami qui a reçu des SMS d’un autre ami.

Sacha P.

je l’ai appris lorsque je jouais à la console quand Klément m’a envoyé un message, il y avait alors la prise d’otage au Bataclan vers 23h puis j’ai été voir le détonnement des bombes sur internet.

Lucas D.

Je l’ai appris le soir même vers minuit après avoir été à un concert.

Vanille T.

Je l’ai appris en regardant le match de foot France-Allemagne en entendant les bruits d’explosion et lorsque le commentateur en informe.

Klément C.

Je l’ai appris grâce à un appareil technologique nommé télévision, le matin vers 8h.

Julien B.

J’étais sur mon lit, sur mon portable, 23h environ, j’étais sur les réseaux sociaux, je voyais sur le fil d’actualité des photos écrit : « Attentat au Bataclan » et j’ignorais et j’ai su que cela avait une énorme importance lorsque toute ma famille était bouche bée devant la télévision le lendemain matin.

Sabrina M.

Je l’ai appris après avoir conduit, donc en voiture, sur Twitter.

Laurène R.

Je l’ai appris le lendemain matin en regardant la télévision.

Yacine K.

Je l’ai appris durant le march de football à la télévision.

Manon M.

Je l’ai appris alors que j’étais à la musique, à la fin de la répétition, lorsque les nouvelles sont arrivées sur le téléphone d’une amie.

Ambre E.

Je l’ai appris en rentrant du basket avec une amie vers 23h à la télé, aux infos et à la radio.

Elise R.

J’ai appris pour les attentats sur Facebook, dans mon canapé, devant un film.

Robin R.

Je l’ai appris le matin grâce à un message sur le téléphone de ma mère, envoyé par mon frère, habitant à Paris, disant qu’il allait bien et qu’il était en sécurité.

Théodore L.

Je l’ai appris le matin à mon réveil, grâce aux réseaux sociaux.

Amine S.

Une personne proche m’a appelé durant la nuit.

Chloé G.

Je l’ai appris sur Twitter avant d’aller manger en ignorant l’ampleur que j’ai découvert après manger.

Sirine R.

Je l’ai appris sur les réseaux sociaux, avant de dormir.

Charline P.

Je l’ai appris quand j’étais à table chez des amis.

Stievan V.

Je l’ai appris sur Facebook, un réseau social, dans mon lit, vers 5h du matin.

Aurélie L.

Je l’ai appris le vendredi 13 novembre, j’étais devant la télévision, devant France-Allemagne, me réjouissant des deux buts de l’équipe de France, je mangeais des Neskuik.

Abdoul D.

Je l’ai appris par mon père lorsque je suis sortie de la douche alors qu’une seule fusillade et l’explosion du stade avaient eu lieu.

Maëlle N.

Je l’ai appris par la radio le samedi matin.

Charlotte S.

Mathieu Billière
Enseignant au Lycée Duhamel du Monceau – Pithiviers (45)