Questions / réponsesCatégorie: Question des jeunes aux anciensQu’avez-vous ressenti quand vous avez su que vous devriez quitter votre domicile pour rejoindre la Résidence ?
7 Réponses
Résidence Le Parc personnel répondue il y a 3 années

« Moi-même j’y pense assez souvent. On revoit sa maison, on revoit ses habitudes… J’ai dit il faut que je le fasse, parce que j’arrive à un âge où on ne peut plus être toute seule ; la nuit, il n’y a personne. Il faut savoir prendre la solution la plus facile pour notre âge. Je me suis dit il faut tourner la page ! Il faut savoir se décider.
Dans ma chambre, j’amène tout ce que je peux de chez moi. J’ai déjà mis une commode, des fauteuils… Comme ça je me sens un peu plus chez moi ! »
Mme Benoit, 83 ans

Résidence Le Parc personnel répondue il y a 3 années

« A ce moment là, on n’a plus qu’une envie, c’est s’en aller. A 90 ans, c’est ridicule, inutile. Mon mari est mort à 80 ans d’un infarctus. Je ne me rappelle même pas comment ça s’est passé… C’est mon fils qui a choisi la maison de retraite : ça s’est fait bêtement, sans discussion. Ma fille a rangé mes affaire, ils m’ont emmenée là.
Mon fils habite à côté, il est très gentil, il vient me voir tous les jours. »
Mme M., 90 ans

Résidence Le Parc personnel répondue il y a 3 années

« Je suis d’abord tombée à plat ventre. Je sortais du restaurant pour aller chez moi, quand j’ai trébuché sur des cartons. Je me suis relevée, je suis arrivée chez moi, et dans la nuit, j’ai eu des douleurs à crier. Le lendemain matin j’ai appelé les pompiers qui m’ont envoyée à l’hôpital où je suis restée un mois. On a jugé que je ne pourrais pas subvenir à mes besoins. Je suis arrivée ici. Ça fait deux ans.
J’ai dit dans cette maison je suis là jusqu’à la fin de ma vie. Je ne peux pas dire que ça m’a rendue heureuse…Même avec une femme de ménage deux fois par semaine, je ne pourrais plus rester chez moi. Ici on est pris en charge entièrement. C’est bien d’un côté, mais de l’autre ça nous enlève toute initiative ! Et encore, je m’occupe un peu de moi : je fais mon lit, ma toilette, ma gymnastique, et je marche 20-25 minutes le matin et autant le soir pour entretenir ce qui reste.
Ma maison m’a manquée au début, mais plus maintenant. Je suis habituée et résignée. »
Jacqueline, 94 ans

Résidence Le Parc personnel répondue il y a 3 années

« Lorsque j’ai eu mon accident, ma pensée a été de dire ma vie est finie. Et au fur et à mesure des jours passant, quelquefois j’ai des moments plus faciles que d’autres… »
Jeannine Debocq, 83 ans

Résidence Le Parc personnel répondue il y a 3 années

« A cette question, la réponse est différente suivant la raison qui a obligé un résident à rentrer en Résidence médicalisée.
1/ Il y a l’obligation de venir à la suite d’un grave accident de santé lorsque une personne seule ne peut plus se suffire pour accomplir les tâches ménagères et les soins qui lui sont nécessaires journellement.
2/ Pour d’autres c’est en prévision de ce problème que l’on prend cette décision.
Pour mon couple c’est notre cas. Nous avons pensé à cette éventualité, à la suite pour chacun d’hospitalisation suite à un accident cardiaque. Nous avons visité plusieurs établissements. Notre choix s’est porté sur Santeny après être venus visiter avec nos 2 filles. Et lorsque 6 mois après une chambre pour couple a été libre, nous n’avons pas hésité.
Mais ce n’est pas de gaîté que nous nous sommes retrouvés à 2 dans une chambre, après avoir vécu depuis nos 60 ans de mariage en pavillon 5 pièces.
En consolation il y a à la Résidence beaucoup d’activités journalières avec un animateur très compétent, un grand parc agréable. Des infirmières et soignantes très attentives aux soins et bien-être des résidents.
Depuis 3 ans nous avons apprécié les soins en urgence dont chacun de nous deux avons eu besoin. Nous les en remercions. »

Chocho, 88 ans